Dans le n° 11 - Février 2008

Par Philippe PEYRET

EHESP

Mots clés associés : Situation financière des hôpitaux

Les résultats 2006 des hôpitaux

A travers les comptes 2006 des EPS publiés par le ministère de l'économie et des finances, l'effet positif du plan "Hôpital 2007" sur la relance de l'investissement hospitalier apparaît clairement : -les dépenses totales d'investissement en 2006 sont supérieures à celles de 2002 de 52%, elles passent de 4,9 milliards d'euros à 7,4 milliards- si on remonte dans le temps, on constate qu'entre 1991 et 2001, la croissance des dépenses d'investissements ne fut que de + 3,4% en moyenne annuelle et qu'en revanche, depuis 2002, cette croissance annuelle est toujours supérieure à 8% par an (avec un pic de croissance en 2004 : + 19% par rapport à 2003).

Mais pour financer le millier d'opérations arrêtées dans "Hôpital 2007", les EPS ont beaucoup emprunté avec l'autorisation des ARH et de la DHOS. L'augmentation de l'encours de dette a été de 13,6% entre 2003 et 2004. En 2006, les EPS ont mobilisé 13,83 milliards d'euros d'emprunts nouveaux, soit une augmentation de 33% par rapport à 2005 et par voie de conséquences, le stock de dettes, inscrit dans les bilans des EPS, progresse d'une manière spectaculaire : chiffré à 7,2 milliards d'euros en 1997, il est à la fin de 2006 de plus de 13,6 milliards d'euros, soit une hausse de 88,8% en 10 ans.

Conséquence immédiate de ce recours massif à l'emprunt : en 2006, la charge annuelle de la dette représente en moyenne 75% de la capacité d'autofinancement générée par les comptes d'exploitation, soit une hausse de 10 points en 5 ans. Dans certains établissements, cette charge de la dette représente plus de 85% de la CAF.


pic-login Identifiez-vous
Login :  
Mot de passe : OK
OU
pic-login Abonnez-vous
Offre d'essai 1 mois
S'abonner


Articles liés


recevoir la newsletter

s'inscrire à la Newsletter