Imprimer

Dans le n° 113 - Mai 2017

Par Jacqueline HUBERT, Frédéric MARTINEAU

Mots clés associés : GHT

Numéro spécial GHT

La Loi de santé 2016 qui a créé les GHT a d'abord voulu favoriser un égal accès des patients à des soins de qualité et sécurisés sur le territoire, partant du constat que les chances n'étaient pas les mêmes selon qu'ils aient ou non accès aux protocoles de recherche, aux techniques ou molécules innovantes...

La mise en place des GHT a donc pour socle un projet médical partagé (PMP) obligatoire entre les différents établissements publics. De façon facultative et peut être progressive, les établissements médico-sociaux et privés du territoire pourront être qui associés, qui partenaires du GHT.

Les PMP sont actuellement en cours de bouclage compte tenu des délais de présentation aux instances.

Nous pensons que cette première mouture sera souvent modeste, les établissements apprenant à se connaitre. Pour autant, les échos qui remontent du terrain racontent parfois de belles histoires : création de pôles médicaux de territoire permettant de maintenir ou de recréer une activité médicale en souffrance dans un site, mise en place d'équipes d'urgentistes de territoire mettant fin au mercenariat médical et améliorant l'accueil des patients, mise en place de blocs de chirurgie ambulatoire permettant des soins de qualité en proximité...

Au fil du temps ces PMP s'enrichiront de nouveaux projets et projetteront la mise en place de nouvelles organisations.

En parallèle, et de façon subsidiaire, se mettent en place des organisations administratives communes confiées à l'établissement désigné comme établissement support : achats, DIM, formation, système d'information. Il s'agit là du socle obligatoire mais certains vont déjà plus loin : direction des affaires médicales de territoire, équipe qualité mutualisée...

Des voix s'élèvent contre ces mutualisations qui n'ont pour but que de professionnaliser ces fonctions complexes nécessitant des expertises pointues ou évoquent des problèmes juridiques qui peuvent être aisément levés dès lors que l'on agit avec pragmatisme et dans le respect des individus.

Comme si le but de l'hôpital n'était pas d'organiser les soins : les consultations, le bloc opératoire, le recrutement médical et non médical... et de gérer les relations humaines : avec les professionnels, avec les patients avec la médecine de ville...

Les GHT auront réussi lorsque l'on pourra constater une amélioration globale et égalitaire de la prise en charge des patients au niveau national, grâce à la mise en place de parcours patients allant de l'EHPAD au CHU permettant ainsi à tout malade d'accéder au bon plateau technique pour la juste durée de sa prise en charge.



Notes :


Articles liés


recevoir la newsletter

s'inscrire à la Newsletter