Dans le n° 99 - Février 2016

Par Bruno GALLET

Directeur d'hôpital

Mots clés associés : Coopération

Le GHT : un outil de " ruptures " aux modalités de fonctionnement ambiguës

Au regard des différentes réformes qui l'on précédé, on pourrait considérer en première intention que le Groupement Hospitalier de Territoire ne constitue pas un axe de réforme important. Ce nouvel instrument, ou plutôt cette adaptation d'un outil déjà existant- La communauté hospitalière de territoire-, n'est après tout que l'énième outil de coopération promu par les pouvoirs publics dans les secteurs sanitaires et médico-sociaux afin d'accélérer la recomposition de l'offre de soins, la constitution de filières de prise en charge et de renforcer l'efficience médico-économique avec, à chaque fois, des résultats décevants.

La tentation de forger ce point de vue est d'autant plus forte que le GHT a gardé une caractéristique du CHT qui en a fait un outil peu opérationnel : l'absence de personnalité morale. Cela induit pour le GHT l'impossibilité d'avoir un budget propre, de détenir des autorisations et d'être employeur. De plus, les instances de gouvernance prévues par la loi, à savoir le comité stratégique et le comité territorial des élus locaux, laissent craindre de nombreuses situations de blocage et d'impasses, compte tenu des divergences d'intérêt qu'amèneront nécessairement les projets de restructuration à l'intérieur du GHT.

Une telle analyse serait précipitée et erronée. La loi de modernisation du système de santé, au travers du GHT, opère en réalité une rupture fondamentale.



pic-login Identifiez-vous
Login :  
Mot de passe : OK
OU
pic-login Abonnez-vous
Offre d'essai 1 mois
S'abonner


Articles liés


recevoir la newsletter

s'inscrire à la Newsletter