Imprimer

Dans le n° 118 - Novembre 2017

Par Jérôme LARTIGAU et Carole BONNIER

Quels directeurs financiers pour l'hôpital de demain ?

Dans un article intitulé " Directeur financier : un métier aux multiples facettes " le précédent numéro de Finances Hospitalières mettait en lumière les résultats d'une recherche menée par ESCP Europe et le CNAM et consacrée aux directeurs financiers dans les établissements publics de santé. Cette recherche montre que les directeurs interrogés identifient désormais quatre dimensions dans l'exercice de leur métier : technique, managériale, politique et pédagogique, chacune plus ou moins prononcée selon les individus concernés. A partir de ces résultats, trois profils types peuvent être proposés. Le premier correspond à un profil de technicien-pédagogue, le second davantage comme un manager-pédagogue et le troisième combine harmonieusement les quatre dimensions identifiées.

Ces résultats - explicables en grande partie par l'impact des réformes du financement (T2A) et de l'organisation interne des établissements (nouvelle gouvernance) - démontrent la plasticité du métier de directeur financier et son évolution rapide au cours des dix dernières années. Ils permettent également aux chercheurs et aux professionnels de s'interroger sur l'avenir de ce métier et la pérennité de son unicité au sein des établissements publics de santé. En effet, si le principe d'appartenance à une fonction publique de carrière et non de métier structure encore largement les parcours professionnels, cette étude tend à le remettre de facto en question.

Cette remise en question risque d'ailleurs de s'amplifier avec la mise en oeuvre des GHT. Il est certes encore un peu tôt pour mesurer l'ensemble des conséquences organisationnelles des GHT mais il est probable que les besoins de cadres de direction en soient profondément modifiés, pas uniquement sur le plan quantitatif mais également sur le plan qualitatif. A l'instar de ce qui peut être observé dans les groupes d'établissements de santé privés, la constitution des GHT aura pour conséquence un regroupement des fonctions stratégiques au sein de l'établissement support avec pour corollaire la présence en son sein de directeurs disposant de réelles expertises dans leur champ disciplinaire. Cette évolution se justifie en partie par le volume et l'importance du montant des différentes transactions réalisées dans le cadre du périmètre élargi d'un GHT.

Ainsi, le directeur financier en poste dans l'établissement support du GHT devra-t-il sans aucun doute disposer de compétences techniques, politiques et managériales très développées. Il devra être doté d'une solide expertise financière qui lui permettra d'effectuer des opérations d'ingénierie financière. Il devra également avoir un sens politique aigu pour dialoguer non seulement avec le chef d'établissement (support) mais aussi avec les financeurs externes tels que les banques et les autorités de régulation. Il devra enfin être un bon manager pour gérer ses équipes décentralisées dans les établissements périphériques.

Dans ces établissements en revanche, les besoins seront très différents. Les cadres de direction devront y être essentiellement focalisés sur des problématiques opérationnelles et managériales. Comme dans de nombreux groupes privés, un directeur financier de site aura un champ d'action beaucoup plus limité que son collègue de l'établissement support. La plupart des relations avec les parties prenantes externes seront de fait réservées au directeur financier de l'établissement support, le directeur financier de site ayant pour mission principale d'interagir avec les parties prenantes internes telles que les producteurs de soins et les pôles, le département d'information médicale, les services chargés des admissions et le directeur de site.

Les hypothèses que nous venons de formuler font clairement apparaître une évolution dissociée au sein de la profession et plus généralement du corps des directeurs d'hôpital. Si le principe d'appartenance à une fonction publique de carrière n'est pas encore battu en brèche il n'en demeure pas moins que l'évolution rapide du métier de directeur financier et sa scission probable en deux métiers distincts avec des compétences très différentes risquent d'engendrer incompréhensions et frustrations. Il est par conséquent nécessaire de réfléchir dans un proche avenir à la professionnalisation des directeurs financiers, à leur formation voire à leur statut.

 


Notes :


recevoir la newsletter

s'inscrire à la Newsletter